EJAP : École Juive d'Aix-en-Provence

Catégorie : Projets 2014-2015

6ème projet PESSAH 2015

Tous les aspects matériels et spirituels de la Fête de Pessah ont été abordés à l’école selon les niveaux de classe.

Fête  des Matsot. Seder .Recherche du Hamets. Fête de la liberté et fin de l’asservissement. Naissance des Bné Israël.

La littérature a croisé les notions et valeurs évoquées dans chaque étude en matières juives. Les arts ont concrétisé des symboles qui prennent encore plus de sens quand on revient à la maison avec l’objet réalisé.

Les 2/3 ans ont partagé le désir de « La chèvre de Monsieur Seguin » de partir, de quitter le cocon de la ferme pour … vivre libre. Comme les Hébreux ont tout laissé pour quitter l’oppression. En mangeant quoi ? Des matsot qu’ils ont su reproduire pour confectionner les magnets évocateurs de ce mets spécial du rituel de Pessah. Et boire ? dans des coupes spéciales qu’ils verront lors des soirées familiales.

Modelage, Graphisme et Découpage de la MATSA et des COUPES de PESSAH

TPS 2015 - Coupes Et Matsa

Les Moyens-grands ont suivi la structure de l’album »Qu’est-ce que je en ai fait ? » pour construire leur plateau du séder. Retrouver l’origine les élements du plateau en associant le graphisme et le travail manuel.

Ainsi les enfants pourront suivre l’ordre du déroulement et même expliquer.

Livret utile à la quête des éléments du Plateau du Seder 

 

Les GS/CP ont travaillé sur le besoin irrépressible de liberté : au travers de « Jonas Poulet libre ».Quel que soit le prix à payer, il faut quitter cette ferme et tous ses acolytes car l’avenir lui parait sombre et le danger à affronter est préférable à une situation incertaine, voire dangereuse.

Pour la fête, c’est sur la recherche du  ‘Hamets qu’ils se sont penchés, préparant pour la famille le matériel nécessaire à la collecte des morceaux de pain à recueillir.

Tout un rituel de la veille de Pessah

Recherche Hamets

« Jaî » le petit indien a été pour les cours élémentaires le symbole de l’esclavage du 21ème siècle dans les fabriques de textile. Seul le rêve et la solidarité seront les ressources qu’il mobilisera pour échapper à son statut d’esclave des temps modernes, adolescent de surcroît.

Ainsi les enfants ont renforcé leur compréhension des différences dans le monde. Différences que l’on retrouve dans la symbolique des quatre fils lors de la lecture de la Haggadah. Quatre fils et les quatre coupes que les enfants ont traitées plastiquement. Ils ont cherché comment représenter un caractère avec des matériaux : le pervers, celui qui ne sait pas questionner, le sage et l’indifférent.

 

Clore les symboles, les valeurs, les concepts en musique. Parler de l’exil.

Évoquer la souffrance de l’esclavage. Ce sera tout le travail des CM qui apprennent à chanter l’opéra de Verdi « Nabucco ».

Et déjà a commencé le chemin initiatique de Pessah à Chavouot. Jour après jour, dans chaque classe, le décompte de l’Omer a débuté.

Année 2014-2015 , Projets 2014-2015


5ème projet POURIM

POURIM 2015

QUELLE PÉRIODE FERTILE EN ÉVÉNEMENTS A RACONTER !

QUELLES ACTIVITÉS FESTIVES TERMINENT CE RÉCIT DE PLUS EN PLUS COMPLEXE SELON LES CLASSES !

COMME NOS CŒURS S’EMPLISSENT DE JOIES DE DONNER ET DE RECEVOIR, ET CE DES LA MATERNELLE !

L’approche transversale a guidé les choix tant en littérature qu’en arts plastiques voire en d’autres domaines :

  • L’aléatoire en référence aux dés qui devaient déterminer le jour funeste.
  • Le renversement de situation entre un Aman qui avait fait promettre l’extermination de tout un peuple et la situation finale où le décret maudit est supprimé et les juifs réhabilités dans leurs droits de citoyen.
  • Avec une pensée émue des adultes aujourd’hui qui ne peuvent échapper à une réflexion sur le sort des Juifs au travers des temps.
  • La joie qui accompagne ce changement de situation mais qui accompagne aussi le plaisir d’être costumé spécialement pour Pourim.
  • La surprise de vivre pour la première fois une journée toute à l’envers à l’école et pour le repas. Une semaine aussi, comme en Israël : à chaque jour quelque chose d’inhabituel.
  • Sans oublier la lecture de la Meguila à la synagogue sous la houlette de notre Grand Rabbin, en écho à des extraits en français lus par chaque enseignante conteuse d’un jour.

Quels choix en littérature, en art ou en musique ?

Les TPS découvriront la transformation du «Vilain petit canard» dont personne n’avait découvert la réelle identité. Quelle joie pour lui de se retrouver avec ses congénères.

Et seront emportés par la magie de l’apprenti sorcier .
Les PS/MS assisteront au renversement de situation avec « Belle la coccinelle » : soumise aux mauvaises influences en début de récit, elle saura redevenir la belle et gentille coccinelle.

Les GS/CP suivront les mésaventures de «Cornebidouille» tandis que les cours élémentaires aborderont le thème de la métamorphose d’abord en littérature avec «Pauvre Verdurette» qui rappelle la fable de La Fontaine sur «La grenouille qui voulait se faire aussi grosse qu’un bœuf». Transformation aussi de «Marcel la Mauviette» : l’habit ne fait pas le moine. C’est la transformation intérieure qu’il faut viser si c’est nécessaire.

Quant aux CM, l’hymne à la joie sera la musique de l’Europe à reconnaitre mais aussi le poème de Schiller écrit sur la joie et le bonheur d’être aimé de l’autre.

Dans chaque classe, arts plastiques de Picasso à Arcimboldo, de la création avec des matériaux à transformer pour une réalisation personnelle.

Une période riche en événements afin que s’ancre chez les enfants le concept de renversement !
Rien ne sera pareil au fil de la semaine de Pourim.
Décision de l’équipe : le sort, le Pour, en est jeté. Surprenons les élèves si habitués à la chaleur du personnel mais à l’attention permanente à la règle.

Lundi tout le monde en pyjama !

Mardi avec un chapeau !

Mercredi un vêtement à l’envers !

Jeudi déguisés pour le défilé !

Vendredi tous en blanc pour accueillir Chabat !

Un magicien viendra animer la journée de Jeudi, ponctuée par un repas hors norme pour une école attachée à la diététique (Entrée : Mousse au chocolat; Plat : Hot dog & Boissons sucrées…).

Ecoute de la Méguila en français, lue et théâtralisée par toute l’équipe, avant l’écoute de la Méguila à la synagogue, sous la houlette de Monsieur le Grand Rabbin DAHAN.

Oreille AmanLES OREILLES D’AMAN

CONFECTIONNÉES PAR LES COURS MOYENS ET LES GS/CP

INDISPENSABLES POUR INSTALLER LA COUTUME DES MICHLOAH MANOT

 

  Cliquez ici pour voir les photos du mois de mars

Année 2014-2015 , Projets 2014-2015


4ème projet : TOU BICHVAT

toubichva2015-1Cette réalisation collective des Bébés de notre école montre combien tout le projet du mois a été centré sur cette fête des arbres.

Fête d’institution rabbinique intimement liée à la terre d’Israël. Fête marquée par un Seder mais aussi par des plantations.

Fête qui se déroule le 15 du mois de Chevat selon l’avis d’Hillel.

La Torah écrit : « Tu prélèveras la dîme du produit de ta semence, de ce qui vient annuellement sur un champ » -Deutéronome 14 :22-

Bénédictions et remerciements sur l’année qui vient de s’écouler, prières et espoirs pour l’année qui arrive.

Avec Ary, c’est la dimension agraire qui est première, pour goûter ensuite les différents fruits d’Israël et balbutier les brahot. Et surtout dire « Amen ».

Pour les plus grands, ce nouvel an parmi les autres. Quel sens à chacun ?

Et TOUS DE CHANTER soit en Français soit en ivrit.

L’approche transversale est là pour renforcer cette compréhension des éléments apportés en matières juives et en ivrit.

En Cours Moyen, c’est avec Tistou les pouces verts de Maurice Druon que patience et amour des plantes s’associent à la patience et au talent du jardinier.

La visite de l’exposition de Gilles Barnier sur les lettres hébraïques incite les élèves à travailler sur les valeurs numériques des lettres et à rechercher des symboles sur Tou Bichevat.

IMG_1095

La littérature avec les albums « Les deux arbres », « Jack et le haricot magique » ainsi que « La chenille qui fait des trous » a permis aux enfants de TPS d’appréhender les concepts de croissance et développement, de comprendre combien la patience est nécessaire pour voir ses plantations grandir. Cette période a été propice aux jeux sensoriels pour goûter aux diverses espèces, aux 7 espèces d’Israël et autres fruits.

haricot-magique

Les cours élémentaires sont accompagnés par « Mama Miti », surnom de cette femme si proche de la terre en Afrique qu’elle a obtenu le Prix Nobel de la Paix.

Quels comportements écologiques à notre portée pour un mieux sur la Planète ?

Pour les cours élémentaires comme pour toutes les classes, le vivant végétal est abordé de plus en plus savant mais toujours concret.

Mozart et sa musique ont su émouvoir les GS/CP lisant « L’arbre qui pleure », raconté par Marlène Jobert.

Fiction certes sur la souffrance des arbres mais alerte sur les arbres et forêts détruits sur notre planète.

Les élèves de trois et quatre ans, PS/MS, ont rencontré un « arbre généreux » qui donne tout à l’homme : son ombre et ses branches pour jouer et grimper, son bois pour se protéger et construire sa maison et même sa souche pour se reposer lorsque le petit garçon du début de l’histoire est devenu un vieillard usé par les ans. Croissance et développement, vie et mort, concepts illustrés par ce récit émouvant.

Qui rappelle bien les versets
« L’homme est comme un arbre des champs »
« Tu ne détruiras point les arbres
en y portant la hache,
tu t’en nourriras
et tu ne les abattras point »
(Deutéronome, 20 :19)

Année 2014-2015 , Projets 2014-2015


3ème projet HANOUKAH

Se souvenir de temps qui remontent à près de 2500 ans.Clip0002

Pourquoi ?

C’est au message délivré par le travail sur cette période que nous nous attacherons.

Montrer que notre identité doit être préservée dans un Vivre ensemble qui en certains lieux et certains temps est égratigné.

Au travers du récit connu des enfants ou découvert par nos nouveaux entrants, les notions de lumière/connaissance et lumière physique du miracle de la fiole se retrouveront dans les cours de matières juives mais aussi en littérature, art et musique.

Pour les plus jeunes, fabriquer sa hanoukia permettra de comprendre les huit jours de l’allumage mais aussi de rêver aux jouets qui leur sont offerts rituellement. Jouer aussi avec les toupies tout en chantant en ivrit Sevivon.

Pour d’autres, ce sera le travail sur la résistance à l’oppression et sur l’importance de la connaissance et de l’étude, seul moyen de lutter contre l’obscurantisme.

Pour d’autres classes, tout tournera autour de la lumière, naturelle ou fabriquée par l’homme, de nos jours ou au travers des temps. Lien si naturel avec l’électricité. Avec les notions d’ombre, de silhouette, de reflet.

La lune, le soleil, les astres seront les héros chez les cours moyens, rendus encore plus curieux après leur visite au Planétarium.

Élèves qui liront aussi divers contes dits des origines, besoins des hommes en tout temps d’avoir une explication de la création. Pour ceux qui ignoraient ou refusaient l’explication biblique.

La vie à l’école se ressentira de ces découvertes : grande braderie organisée par les enseignants pour inciter les familles à acheter des jouets, des livres ou autres éléments proposés.

Fabrication de beignets pour le plus grand plaisir des papilles, toujours en relation avec l’huile de la fiole.

Allumage avec parents et enfants dans la synagogue en présence du Grand Rabbin d’Aix en Provence. Chants présentés à cette occasion.

Année 2014-2015 , Projets 2014-2015


2ème projet : Mois de la Tzedaka

Période qui suit les fêtes de Tichri. Période qui permet d’installer chez les enfants cette compréhension des autres qui ne sont pas tout à fait pareils. Pour les plus jeunes, être pauvre c’est comme ceux qui mendient dans les rues.

Leur expliquer qu’être en difficulté, c’est manquer d’argent, mais aussi et en corollaire ne pas manger à sa faim, ne pas porter des marques ou même pouvoir bien se couvrir ou se chauffer, c’est ne pas partir en voyage , ne pas de temps en temps voir son petit caprice exaucé.

Etre différent, c’est aussi être handicapé, que cela se voie ou pas.

C’est notre volonté à l’EJAP de les aider à progresser dans ce concept de Tzedaka-Justice .

Et comprendre que l’argent mis dans la petite boite peut être accompagné d’une main tendue, du don de certains de ses jouets…pour que l’autre ait un peu de bonheur. La tzedaka n’a pas d’âge ! Et mes gestes ne doivent pas s’afficher.

Ainsi la Grande Braderie de l’école va pouvoir fonctionner tant les dons de toutes sortes ont été nombreux. Date à retenir : le 2.12.2014

Comme toujours, autant en enseignement général qu’en enseignement juif, les situations, les supports se croisent pour permettre de construire ce concept si délicat.

Les enseignements sur les différents façons de donner la tzedaka ont été travaillées avec les cours moyens et élémentaires au travers des Maximes des Pères.

Avec les plus jeunes, L’arbre à mitsvot renforce les actions liées à cette démarche altruiste.
Au CYCLE 3, le don de soi a été illustré par « La Belle et la bête » en relation avec la structure des contes, alors que « Autobus 33 » leur ont montré la nécessité de lutter contre l’indifférence et pour une plus grande justice.

Magritte et son »heureux donateur » incite les élèves à créer une fenêtre ouverte sur leur monde intérieur, dans le souci d’y aller quérir des valeurs positives.

L’hymne national lui aussi développe la notion de solidarité et de nation.

En Cours élémentaire 1 et 2, le merveilleux conte des »Chaudoudoux » leur a appris qu’on devait donner sans compter…. Des bisous ou ce qui est indispensable à l’autre. Autre ouvrage travaillé : « L’étoile jaune » une légende ? Peut-être mais elle est très vivace au Danemark sur ce roi qui lui aussi serait sorti avec l’étoile jaune, suivi aussitôt par tout son peuple.

En arts plastiques, Matisse conduira les élèves à jouer avec des collages pour imaginer le paysage dont je rêve et que je souhaiterai partager avec une personne, un enfant en souffrance.

Les enfants du Cours préparatoire

Maquette de l’astre bienfaisant pour les terriens toujours en relation avec le projet de ce mois.

Même en maternelle, il faut leur apprendre à partager, à savoir qu’on a besoin parfois de l’autre comme lui pourra être un jour à son tour prêt à m’aider. Quels ouvrages alors leur offrir d’explorer ?

En Petite et moyenne Sections, « Une chambre rien que pour moi » leur montre que partager sa chambre avec sa sœur peut être source de plein de bonheurs.

Les bébés ont quant à eux suivi les aventures de « Crocoton », mot-valise constitué du crocodile et du mouton. Aventures qui font éviter au mouton de se transformer en délicieuses côtelettes en perspective pour les parents croco, parce qu’il les aura sauvé du froid .Mais plus tard c’est le crocodile qui portera sur son dos le mouton égaré. Juste retour des bons sentiments et des bons gestes pour arriver à parler de l’aide à autrui.

Clip0002

Année 2014-2015 , Projets 2014-2015


1er projet : Année 2014/2015 – 5775 de l’année juive

La rentrée scolaire concorde toujours avec la préparation du mois le plus chargé du calendrier juif. Fêtes d’automne qui se traduisent par des rituels spécifiques pour chacune.

Fêtes qui nous apprennent à regarder en nous, à regarder l’autre et à nous adresser à notre Créateur. Avec le rappel de notre fragilité et de la précarité de notre statut.

Tichri marque le bilan de l’année écoulée ( et la rentrée voit les évaluations diagnostiques dans toutes les classes). Période de retour sur soi et de réconciliation avec autrui et avec Dieu.
Période pendant laquelle l’éducation civique amène aux règlements intérieurs et à la prise de conscience de chaque identité dans le respect de l’altérité. Pendant laquelle on apprend à respecter les règles de la vie sociale avant de savoir construire mes relations à l’autre, préalable à ma relation à D. Universalité de ces fêtes

Pour les enfants, dans les petites classes, on s’attachera aux symboles rituels alors qu’avec les plus grands on alternera entre les temps de gravité et les temps de joie ; les temps de travail seul face à soi ou les temps de prières ou de repas partagés.

Et le tableau de Ben Shan illustre bien ce réveil des consciences du monde entier que le choffar anime avec ses différentes sonneries. Pour qu’il fasse tomber les murailles intérieures de chacun et l’amène vers autrui et vers une soumission à D.

En CM, l’approche transversale a conduit au choix de l’ouvrage de Nicole Ciravegna en littérature : »Chichois et les copains du Globe », accompagné pour les CM2 de « La rentrée du Petit Nicolas ».Deux ouvrages sur la diversité de chacun, travail entre moi et l’autre.
De là partent les concepts d’identité, d’altérité, d’harmonie et de démocratie, qui se retrouveront dans « la République des CM2 ».

PREMIERE PERIODE DE L ANNEE 2014.2015 - 2Créatures réparties dans le monde avec approfondissement en géographie ( Continents, saisons, astres) et en Histoire avec l’Europe et l’hymne tiré de l’œuvre de Beethoven.
Participation aux temps d’échanges avec ceux qui nous entourent par le biais de cartes réalisées au pastel.

Les CM ont réactualisé leurs savoirs sur ces fêtes au travers des tableaux de Ben Shann qui rend sensible le réveil de tous ces humains qui se dirigent alors vers le Temple.(photo)
Techouva abordée également avec le récit sur le Prophète Samuel qui montre l’importance de la prière comprise et consciente.( photo)

Avant la préparation de la Souccah et de ses hôtes qui l’illuminent : les Ouchpizin. Souccah représentée au travers de diverses œuvres dont celles d’Ilex Beller.

En CE , de cette période seront retenus en transversalité les concepts de rentrée calendaire, de différences et de respect ainsi que la compréhension du système solaire donnant lieu à la réalisation d’une maquette en arts plastiques.

Respect de l’autre, quelles que soient ses différences, son handicap.

PREMIERE PERIODE DE L ANNEE 2014.2015 - 3
Ils avaient vu l’an passé une peintre handicapée. Cette année, c’est en écoutant Beethoven et l’hymne à la joie, symbole de l’Europe,j qu’ils ont traduit leurs émotions en arts plastiques. (vidéo).

Quels ouvrages de littérature au service de la transversalité ?
« La petite fille à la jambe de bois »qui refuse le monde avant de découvrir l’amitié. Puis « Les Mains de Jonas ».

Les GS/CP Ont effectué leur rentrée avec celle de « Tibili ». L’école autrement au bout du monde. Ici on a de la chance même si Tibili a mille bonheurs que nous n’avons pas.Mode de vie, paysages… à opposer, à comparer avec notre environnement.

Occasion de montrer les différences de tous ces petits d’homme.

Portraits et autoportraits de la classe. Occasion de travailler la description.

Rentrée mais aussi la nouvelle année juive et ses symboles . de là un seul pas pour aborder Cézanne et ses natures mortes : réalisation collective.

Toujours l’approche calendaire avec les PS/MS qui vont lire » Premier jour à la Nounourserie » : occasion de se distancier de ce moment encore dur de la rentrée. Thème repris avec « Petit Lapin va à l’école ».

Portraits pour se reconnaitre et se nommer, écrire son nom et découvrir des sons et des lettres.

Portrait du chat, élément par élément, grâce à « Si j’étais un chat ».

Chacun va parler de lui, de sa maison, chantée avec rythme par Anne Sylvestre.

PREMIERE PERIODE DE L ANNEE 2014.2015 - 4

En arts plastiques, carte de vœux accompagnée de pots de miel , pots réalisés en matériau adapté.

Et n’oublions pas notre nouvelle équipe de Bébés pour qui la rentrée est toujours un moment difficile. Très bref cette année et nous nous réjouissons de cette adaptation si rapide.

Que c’est long une journée quand même : la frise se construit et prend du sens au fil des activités découvertes.

L’école c’est vivre ensemble, c’est apprendre à partager, à attendre son tour….

C’est devenir peu à peu un élève qui découvre ses droits mais aussi les interdits ;

Et dans les fautes commises, en matières juives, il sont sensibilisés ,au fait de reconnaitre qu’on a fait une bêtise et de la regretter.

Comme dans Shi Shi l’égoïste qui ne partage pas ses bambous avant de regretter son égoïsme.(PHOTOS)

De là chanson de Roch Achana et partage de la pomme à tremper dans le miel( photos)

ROCH ACHANA. KIPPOUR. SOUCCOT. SIMHA TORAH .

Succession de fêtes et de jours sans école pour cette première période de l’année.


La première fête de l’année

Année 2014-2015 , Projets 2014-2015


Abonnez-vous à notre lettre hebdo.

GENERATION ALLIANCE

Le réseau des anciens élèves : c'est
GENERATION-ALLIANCE.FR

Catégories