EJAP : École Juive d'Aix-en-Provence

Catégorie : Projets 2016-2017

Chavouot et le projet de mai 2017

Fête des moissons, Fête de l’engrangement, Fête des Prémices, Fête de l’engagement en l’honneur de Ruth qui respecta sa conversion quelles que furent les difficultés, Fête du Don de la Torah après les 7 semaines entre Pessah et la Fête… Nombreux sont les noms de cette fête agraire et spirituelle.

Fête de Pèlerinage à Jérusalem où chacun apportait ses offrandes au temple.

Ce sont toutes ces pistes qui sont offertes aux enfants, en matières juives d’abord et en enseignement général dans les pistes transversales abordables selon les niveaux.

Avec Shimon , successivement, les plus grands ont tenté de situer chronologiquement les événements qui ont jalonné le Compte de l’Omer ; puis ils ont travaillé avec insistance le texte en français de la Meguila de Ruth pour dégager au fil du récit toutes les valeurs à reconnaitre au personnage clé, Ruth.

Après le temps écoulé au fil des semaines, l’analyse des 10 Commandements a montré l’importance de la relation à Dieu et de la relation aux autres .

Pour les plus jeunes, ce sont les rituels sur lesquels on a insisté.

La littérature et les arts étaient les supports naturels pour qu’ils comprennent la notion de pèlerinage, de moisson, de respect des engagements pris et de bien d’autres notions à assimiler pour que le récit de Chavouot leur soit accessible.

TPS/PS sont entrés dans « roule Galette »et dans la « Méridienne de Van Gogh » pour tenter ensuite de repérer le mot blé ou farine dans divers supports d’écrit.

Un délicieux petit déjeuner a été élaboré ainsi que le pétrissage de « halot » offertes aux parents.

Le blé concrètement a été broyé et pilé et des vidéos présentées pour voir divers moulins, à fabriquer ensuite, à retrouver en comptines et réalisations plastiques.

Les MS/GS ont suivi les aventures du garçon qui ne reconnait pas le blé sous la forme d’herbe, de graine ou de pain et qui déclare en permanence au fil des saisons »Non ! je n’ai jamais mangé çà ».

Occasion d’utiliser les pastels à recouvrir de peinture avant de gratter et de réaliser une œuvre à la manière de Klee et ses gerbes de blé.

Comprendre le pèlerinage est facilité avec l’album » La petite fourmi qui part à Jérusalem » : elle va faire un pèlerinage et montrer aussi son engagement et sa volonté de tenir sa promesse. Echo déjà aisé à établir avec Ruth.

Diverses affiches de Van Gogh vont aider les élèves à saisir le dur labeur de la moisson et de découvrir les évolutions au fil des temps avec les engins mécaniques.

Enfin en CE2/CM1/2, tout un voyage initiatique est partagé avec le personnage d’Orégon au travers de l’Amérique. Occasion aussi de retrouver divers moyens de communications comme le préconisent les programmes.

Des fêtes qui surviennent à point pour couper le dernier trimestre

Année 2016-2017 , Projets 2016-2017


PESSAH

LE NOUVEAU PROJET DU MOIS

S’appuyer sur l’étymologie pour insister sur la traversée des Hébreux avant leur installation au pays tant attendu.

S’appuyer sur leurs conditions de vie en Egypte pour développer le concept de liberté opposé à celui de l’esclavage

Confronter le polythéisme Egyptien au monothéisme révélé au peuple de l’Alliance.

Nombreuses sont les pistes pour aborder Pessah dans les divers niveaux de l’Ejap.

Et le projet transversal est plus que jamais un outil fantastique pour passer de l’enseignement général aux matières juives, des arts à la littérature, rendant cohérents et compatibles les choix faits ici en écho aux autres.

La liberté : c’est avec le texte original d’Alphonse Daudet que les CE2/CM ont abordé ce concept , élargissant ensuite par réseaux successifs tant les lectures que les activités vécues en classe ou en sorties.

Réalisation plastique collective après tout un travail en français et en art sur Eluard et son poème célèbre Liberté, sur Fernand Leger et ses affiches déclinant de multiples façons le mot Liberté ainsi que sur la célèbre Colombe de Picasso.

Tout naturellement c’est la visite de l’Exposition « Varsovie Varsovie  » de Zuili au Centre Darius Milhaud présentant sous forme de BD l’épisode si tragique de la Guerre  qui a permis aux élèves de découvrir les procédés spécifiques de la bande dessinée sur un sujet d’histoire au programme et de traduire l’histoire de la Chèvre sous la même forme .

En CP/CE1 « La bergère qui mangeait ses moutons » a rendu sensible la notion d’oppression d’une bergère envers son troupeau, problème résolu grâce au loup pris ici à contre-emploi !

Asservissement en Egypte et découverte de « Kha, le petit Egyptien », histoire facilitant la compréhension de la Haggadah travaillée avec les professeurs de matières Juives.

Naturellement, une enluminure de Haggadah du 15ème siècle a créé le besoin d’être utilisée pour réaliser la « Mappa » de Pessah emportée à la maison, mais servant d’abord  à l’école lors du Pré Séder de Pessah théâtralisé par des élèves de CM.

En maternelle, chez les Ms/GS c’est la quête effrénée de « Poussin Noir » pour retrouver ses parents qui a fait comprendre le long périple riche en dangers des Hébreux mais aussi celui du Poussin obsédé pour la réalisation du projet qu’il s’était fixé ;

Chaque enfant a suivi les étapes du rituel de la fête et a compris que certains respectent la tradition d’être accoudés, grâce au coussin qu’ils ont réalisé et sur lequel ils ont écrit Pessah  en hébreu et en français.

Aspect agraire de la fête chez les tout petits qui ont découvert la Chèvre et ses petits, puis les autres animaux tel l agneau, les habitats divers de ceux qui broutent ou nagent ou volent. Toute une série d’explorations les amenant à réaliser le « Plateau du sederque » tout en volume. Ils pourront ainsi suivre la prière et surtout dire l’ordre de chaque élément évoqué.

De nombreux savoirs sur cette période jamais assez longue pour tout explorer, des ouvertures culturelles pour renforcer les dires des enseignants et élargir la vision du monde des enfants, des chants dans chaque classe, des lectures maitrisées du texte hébraïque pour qu’ils puissent être associés aux grands lors des soirées , voilà ce mois spécial de l’année juive qui s’achève.

Année 2016-2017 , Projets 2016-2017


Le cinquième projet de l’année : POURIM à L’EJAP

Plus que jamais il y a nécessité de réagir à d’éventuelles tentations antisémites : informer pour tenter de prévenir et d’éviter : « Plus jamais cela ».

Célébrer Pourim à l’école, c’est rappeler toute la trame événementielle relatée dans la Méguila mais c’est aussi savoir se réjouir de l’échec du funeste projet et partager sa joie avec les autres et les plus démunis.

Comme pour chaque projet autour des fêtes, Enseignement général et Enseignement juif se feront écho pour mieux ancrer les valeurs et concepts dégagés dans les divers apprentissages.

Ce mois-ci, avec les plus grands en CM, l’œuvre de Colette histoire magique de l’enfant et les sortilèges, reprise en musique par Ravel, visionnée en ballet pour en faciliter la compréhension, a su enchanter les élèves et les sensibiliser à la notion de sort, Pour, racine du mot Pourim.

Ces décrets terribles pour le peuple juif exilé et tout le récit de l’intervention divine cachée ont été appréhendés avec aisance par ces élèves, capable aussi de voir la nécessité de ces évocations d’un antisémitisme qui ne s’appelait pas ainsi à l’époque. Plutôt l’extermination totale d’un peuple en raison de sa race ou de sa religion.

En Matières juives, Shimon a replacé les dernières fêtes célébrées dans l’espace et le temps tant la chronologie pose problème aux enfants. Aux adultes aussi.

Vive les ordinateurs qui ont permis de conjuguer de faciliter la recherche documentaire en littérature afin de savoir nourrir des biographies de Colette.

Fêter Pourim après l’issue heureuse, les grands en ont ressenti le manque même s’ils étaient ravis d’être à la neige en classe de découverte.

Dans les autres classes, c’est  le renversement de situation qui a présidé au choix des albums. En même temps que le recours au sorcières pour prononcer des sorts funestes à l’encontre des personnages.

Concrétisation par ces récits des éléments fondamentaux appris en matières juives.

Les CP/CE1 ont accompagné la Pauvre Verdurette dans sa volonté de se transformer, en écho à la fable de La Fontaine découverte également.

En maternelle, un conte a permis de donner du sens à la notion de solidarité, celle d’Esther avec son peuple, celle des amis d’Arlequin s’associant pour qu’il puisse aussi se réjouir.de

De là, il fut aisé aux CP/CE1 de connaitre les personnages de la Commedia del Arte et de tenter de créer des masques. Facile aussi aux TPS/PS de tenter de donner vie à leurs Arlequins mobiles, riches de couleurs et en formes géométriques. Reprise aussi avec ces petits de l’album Belle La coccinelle l’imprudente à qui la sorcière jetât un sort .

Ms/GS ont travaillé sur  Cornebidouille la sorcière et sur le Carnaval des Animaux, entrainant tout le monde dans une folle sarabande.

Logique ensuite d’aller au Musée travailler sur le Bestiaire, induisant la réalisation d’araignées par les MS/GS

Fête qui ne saurait se conclure sans le défilé de costumes pour le plus grand plaisir des grands et des petits.

 

Année 2016-2017 , Projets 2016-2017


Le quatrième projet de l’année : TOU BICHEVAT

BONNE ANNEE 2017 !

En ce début de nouvelle année civile, toutes les classes honoreront cette fête qui va voir surgir les bourgeons et apparaître certains fruits. Certes pas comme en Israël, et encore …dans les régions chaudes. Sans entrer dans la polémique habituelle entre Hillel et Shamaï, l’un optant pour le premier du mois de Chvat et l’autre pour le 15 ! Respectons la date de notre calendrier !

En matières juives, nos élèves insisteront sur les rapports entre l’homme et la nature avant d’approfondir la symbolique de chaque espèce évoquée et de savoir identifier la bénédiction qui convienne à chacune. Débats suscités pour comprendre la logique de certains choix. Les plus grands aborderont les cas particuliers du pain et du vin  qui sont des aliments transformés.

Un festin de fruits d’Israël et de notre pays sera partagé par tous les enfants dans le seder de Tou Bichevat.

Quel écho sera fait dans les classes à ces notions et valeurs travaillées en matières juives ?

En TPS/PS, la littérature est riche autour de la nature : « Les deux arbres »qui grandissent et que l’urbanisation tente de séparer, «  le navet » qui a nécessité la collaboration des tous les animaux pour déboucher sur le Beurk quand ils le goûteront, «  Boucle d’Or et les trois Ours » ainsi que des images documentaires sur les animaux de la forêt.

Plaisir de réaliser en arts plastiques plusieurs productions : la forêt avec la technique des cotons trempés dans la peinture, les tournesols à partir de Monet qui nécessiteront d’utiliser peignes, fourchettes et doigts, puis collages pour reconstituer les arbres de la forêt.

Les Quatre Saisons de Vivaldi feront écho aux jeux sensoriels autour des fruits et légumes et aux plantations diverses..

Le Petit Poucet plongera les MS/GS dans les risques de la forêt mais aussi dans la débrouillardise pour sauver sa famille alors que L’enfant sur le toit du monde conduira la classe à renforcer encore le respect envers la nature et ses paysages extraordinaires.

Avec ces jeunes enfants, la sortie au Parc Saint Mitre et l’escapade bien encadrée au marché pour acheter fruits et légumes nécessaires à la compote et à la soupe leur aura permis de réaliser sur le champ Une œuvre de Land Art improvisée.

Après l’exploitation de la sortie en découverte du monde et conformément aux programmes, les enfants reproduiront des silhouettes d’arbres avec la technique de la paille soufflée, à la manière de Pollock. Ils détourneront la pâte à modeler de son usage habituel pour jouer avec des spirales et organiser ainsi des arbres dans la forêt.

Réalisations

La forêt, le bois, les bois, se retrouveront en musique avec l’exploration des instruments en bois et le récital offert par une maman violoniste pour leur plus grand plaisir

Cartes de vœux de bonne fête de Tou Bichevat envoyées aux familles avec du papier recyclé.

Tout un programme chargé pour ces maternelles toujours mobilisées dans des apprentissages présentés sous des formes variées et ludiques, comme l’exigent les programmes.

Les CP/CE1 sont engagés dans le Concours Janus Korczak qui offrait justement un grand nombre d’ouvrages à lire relatifs à la nature. C’est le livre « L’arbre d’ici «  de Haïm Potok qui a été retenu pour le projet de la période de Tou Bichevat. L’enfant qui déménage verra sa peine amoindrie s’il emporte avec lui le magnolia qui faisait son bonheur à la campagne.

 

Année 2016-2017 , Projets 2016-2017


Le troisième projet de l’année : Hanoukah

Oui ! On y était, à Jérusalem. On y battait monnaie sous le règne de Mattathias Antigone, en 37 avant l’ère chrétienne !

La Menorah du temple devient le symbole national et religieux.

Comme tous les Juifs du monde, émerveillons –nous avec Jacques Attali dans son Dictionnaire amoureux du judaïsme. « Je m’émerveille toujours que depuis 22 siècles, au crépuscule, chaque famille juive dans le monde entier allume chez elle des mèches placées sur un chandelier. Fête en apparence très simple qui renvoie à l’idée que les Juifs se font de Dieu- une Lumière- et de la liberté venue de la Révolte des Maccabi contre l’hellénisation forcée.

Ainsi ils avaient pu inaugurer le Temple-inauguration=Hanoukka-et vivre le miracle de la fiole d’huile nécessaire à l’allumage ».

Toutes les classes de l’école vont vivre ou mieux comprendre encore les événements, évoquer le miracle, dégager les notions de résistance, d’affirmation identitaire, de la force de l’union ; ils vont apprendre à allumer correctement une Hanoukia ; et des chants accompagneront tous ces apprentissages. Certains maîtriseront la frise du temps passé en histoire juive.

Chacun à son niveau saura faire revivre le récit de cette épopée contre les Séleucides lors du spectacle.

Temps festif suivi d’un goûter de beignets- tradition oblige-et de la vente de chocolats cacher parvé Ejap ainsi que de multiples objets de lumière, tous réalisés par les enfants eux-mêmes.

Chaque moment de ce mois de Décembre sera mis au service du projet transversal. Littérature qui reprend en écho les valeurs, notions ou concepts délivrés en Kodech.
TPS/PS avec « Petit Patouf et l’inaccessible étoile » dont il saisira le reflet dans l’eau pour l’offrir à sa maman.

Ombre, lumière, reflets, jour et nuit à reprendre dans d’autres contextes et avec d’autres albums en réseau. Avant d’écouter des berceuses de Mozart, de Brahms et d’origine yiddish.

Les MS/GS s’attacheront à « Nickel » dont la vie la nuit dans le magasin de jouets changera dès le matin à l’arrivée des acheteurs. Distinguer la fiction de la réalité, un des objectifs des rencontres avec la littérature et les documentaires. Les enfants pourront ensuite exprimer leurs rêves après la lecture de « J’ai rêvé que… ». Cadeaux, jouets, quelle ambiance à retrouver en musique dans « La symphonie des jouets ».

Les CP/CE1 passeront du conte étiologique, dit des origines, « La lune et le soleil » à la « Flûte enchantée »tandis que les CE2/Cm1.2 retrouveront la magie du conte d’Andersen « Le briquet » accompagné toujours par Mozart en cette période avec sa « Petite musique de nuit ». Mozart pour rêver mais aussitôt le réel et le monde avec l’électricité chez les uns, les ombres, la lumière et le système solaire chez les autres, éléments du programme de découverte du monde en maternelle et élémentaire.

Finir l’année en lumière avec toutes les réalisations plastiques.
Finir l’année en douceur avec les chocolats fabriqués cacher Ejap maison.
Finir l’année en espoir avec tous mes vœux et ceux de l’Equipe Ejap et du Conseil d’administration.

Année 2016-2017 , Projets 2016-2017


Novembre, mois de la Tzedaka

On a nos jambes pour marcher
On a nos yeux pour regarder
On a nos voix pour le chanter
Notre cœur n’est pas fatigué
Y en a qu’ont pas tout ça !
Y en a qu’ont pas tout ça !
C’est pourquoi : SOLIDARITÉ !
Ce n’est pas bien compliqué.

novembre-mois-de-la-tzedaka-3

SOLIDARITÉ !

novembre-mois-de-la-tzedaka-2

La Tzedaka ce n’est pas la charité. Ce n’est pas la tendresse envers l’autre. Ce n’est pas une aumône. C’EST AVANT TOUT LA JUSTICE.

Tout être en situation de précarité a besoin de gestes qui relèvent plus de la justice que de l’amour.

De multiples situations se présentent et justifient les 8 niveaux de Tzedaka.

Ces connaissances , le professeur de matières juives va les délivrer dans la progressivité des niveaux. Il renouvellera ses supports pour engager des interactions en classe et provoquer des débats : que puis-je faire à mon niveau ? Affiches, œuvres de peintres , histoires tirées de la Bible ou des grands récits, tout un ensemble pour réactiver et enrichir le concept de Tzedaka.

En littérature, chaque classe aborde les niveaux par le biais de choix adaptés :

En tps/ps, l’hospitalité et l’entraide seront les messages délivrés par « Les trois petits cochons » et « A trois on on a moins froid ».

En ms/gs , partager sera le message de « Rose Bonbon » la mouche gourmande ainsi que les « Trois Boucs » qui comprennent que l’entraide rend plus fort contre l’adversité.

Être homme et non animal, c’est ce commandement que les enfants retrouveront dans les œuvres de Keith Harings pour leurs réalisations plastiques.

« Petit Boudah » témoignera de l’ouverture de l’école aux personnages remarquables. Légende autour du Boudah et non message religieux. Philosophie de la justice envers les plus démunis. Et le geste traditionnel sera aidé par la confection d’une Tzedaka . On en installera en divers endroits. Une poésie accompagnera cette réflexion sur la Solidarité.

Conceptualisation bien plus affinée sur les valeurs du projet du mois grâce « Aux contes philosophiques » travaillés par les ce2/cm. Plusieurs contes se prêtant au débat et induisant le savoir-être universel des programmes et des enseignements juifs. *

En musique, cette classe reprendra la chanson de Goldmann avec un travail paroles et rythme, et sensibilisation au solfège pour pouvoir jouer avec des clochettes.

Et ils réaliseront des affiches – travail de production argumentative- incitant chacun, enfants et parents, à donner aussi à la Tzedaka réalisée par les classes de CP/CE1/CE2/CM1/CM2.

L’argent collecté sera utilisé pour Pessah afin de réaliser la mitsvah dite de « Kimha dé Pisshra ».

En ivrit, les élèves seront sensibilisés à la différence de pratiques entre Israël et la France : Du je te donne lors de la Journée de la Tzedaka à l’engagement ; au don de soi-même, repris dans les classes israéliennes pour installer un véritable savoir-être dans la durée.

Miracle de la transversalité déclinée encore ce mois-ci, renforçant l’écho entre l’Éducation Morale et Civique, la compréhension des textes et les valeurs de la Torah.

Comment ?

Les réalisations plastiques de « fenêtres ouvertes sur le monde » nous délivreront des messages sur les diverses façons de donner de soi-même à autrui en situation de précarité, fut-elle scolaire.

C’est un grand bonheur. Simplement donner !

novembre-mois-de-la-tzedaka-1

Année 2016-2017 , Projets 2016-2017


Le premier projet de l’année 2016/2017

le-premier-projet-de-lannee-2016-2017

Cette œuvre de Ben Shann illustre bien l’approche qui est conduite en cycle 3 pour la période des fêtes de Tichri.

Ces hommes qui ne communiquent pas entre eux, différents mais frères humains, sont réveillés dans leurs consciences par le son du Choffar.

Qui va les emmener à se regarder, à s’ouvrir à la recherche de leurs péchés, et être guidés par les paroles de la Torah écrites dans le ciel.

Ainsi ils seront protégés de la violence qui les menace au-dessus de leurs têtes.

Après cette lecture d’œuvre, les élèves entreront dans les divers temps forts qui jalonnent cette période.

La littérature , l’éducation morale et civique, les arts plastiques, feront écho au message porté par l’œuvre : Moi et l’autre au travers de « Chichois et les copains du Globe », pour le respect des différences et le savoir vivre ensemble pour les cm1/2 ; « la petite fille du silence » et autres courtes œuvres pour les Ce2 ; Un poème de Tahar Ben Jelloul ainsi que le poème « Ouvre- moi la porte mon frère »insisteront sur la différence et sur l’altérité ;

En Musique aussi, les valeurs diffusées par les matières juives seront encore plus sensibles avec l’Orchestre dans lequel tous les instruments se conjuguent pour produire une œuvre cohérente.

Approche moins spirituelle et plus concrète avec les plus jeunes enfants.
En CP/CE1, ce sont les contes qui serviront de support aux valeurs reprises dans le projet transversal :se comporter bien, ne pas mentir, respecter l’autre… autant de messages que véhiculent Pinocchio, Les mains de Jonas l’enfant différent mais pas plus que tout un chacun dans une classe à la rentrée .
Et le symbole de la pomme génèrera la sortie à l’Atelier Cézanne et ses natures mortes.
Autres apprentissages de nouvelles règles : le changement de milieu en allant à la piscine.

En maternelle, chez les Ms/GS, demander pardon à l’autre, le respecter c’est s’installer dans le bon comportement d’élève. C’est aussi accepter l’école et ses règles, ce que va vite apprendre le personnage clé de « Non, non et non ».C’est aussi le conte de « l’ami du petit tyrannosaure » qui n’aura de cesse qu’en apprenant à son ami qu’il peut y avoir une autre relation à autrui.

Et rappeler aussitôt la différence entre la fiction et le réel, entre les animaux et l’homme. Silhouette de Giacometti travaillée en classe et les premières notions du monde du vivant

Dans la classe des Bébés et des petites sections, c’est autour de deux albums que les enfants entreront dans les fêtes de Roch Hachana avec Sammy Spider la petite araignée qu’ils retrouveront pour chaque fête. Puis l’album Shi Shi l’égoïste leur montrera l’égoïsme de celui qui ment pour ne pas partager mais qui saura reconnaître ses fautes et demander pardon. Message à leur portée de ces fêtes, complétées par la construction de la souccah en bambou, notre Shi Shi en faisant sa nourriture préférée !

Approche sensorielle aussi du sucré/salé, avec la pomme trempée dans le miel.

Maya l’abeille et son univers de ruche et de production de miel sera mis en écho avec l’œuvre de Matisse » Abeilles »qu’ils reprendront dans une réalisation plastique : des carrés et des rectangles, formes manipulées ici et là en classe.

CHANA TOVA A VOUS TOUS

Année 2016-2017 , Projets 2016-2017


Abonnez-vous à notre lettre hebdo.

GENERATION ALLIANCE

Le réseau des anciens élèves : c'est
GENERATION-ALLIANCE.FR

Catégories