Le cinquième projet de l’année 2015-2016

POURIMMeguila

 

Dans quel contexte a eu lieu la fête de Pourim ?

A-t-elle toujours un sens aujourd’hui ?

Ce sont essentiellement les deux questions autour desquelles les plus grands se pencheront.

Oui l’antisémitisme est toujours là et nous devons veiller à pouvoir vivre notre judaïsme en liberté.

Oui la Perse et ses fastes étaient tentants pour une assimilation parfaite mais la connaissance de la Torah pratiquée intelligemment doit nous permettre de préserver notre identité.

Oui Nous savons combien la beauté ne suffit pas sans d’autres vertus cardinales. Combien je dois savoir que D. me protège même s’il ne se manifeste pas. Et combien je dois me réjouir du renversement de situation qu’offre à nos yeux et oreilles la lecture de la Meguilat Esther.

Récit qui se présente sous la forme d’un parchemin enroulé autour d’un pivot, objet que découvriront les plus jeunes.

Cette Fête des sorts, car c’est par un tirage au sort qu’Aman s’apprêtait à fixer la date du massacre des Juifs du royaume de Perse, nous allons en retrouver dans toutes les classes les éléments essentiels qui feront sens et les rituels qu’ils auront plaisir à revivre.

Dans toutes les classes, la musique, la littérature, les arts, voire les sciences feront écho aux concepts, valeurs évoqués lors des sciences de Kodech.

Le passé compris pour un présent qui ait du sens !

Un récit en images grâce aux documents iconographiques divers ; un récit théâtralisé par les grands pour les plus jeunes ;des arts sur des œuvres qui évoquent la transformation ; la musique et la littérature au service de ces renversements de situation.

Comme le raconte si bien cette lithographie d’Abraham LEIB réalisée en 1895 à Jérusalem.

Affiche 1895En ivrit et en anglais seront évoqués au CE/CM certains éléments : les masques avec Patricia et la musique de l’Apprenti sorcier se combineront pour une évolution dont je ne vous livre pas le déroulé. Vous verrez ce numéro lors du spectacle de fin d’année. En ivrit, « Changer le monde » sera le thème de la chanson sur cette volonté de transformer ce qui ne va pas ; Puis ils partiront en Israël pour évoquer Pourim là-bas.

La littérature reste comme d’habitude au cœur de notre démarche transversale : Le Golem en CM ,façonné par son maître mais qui retournera à la terre, comme l’apprenti sorcier qui n’est plus maîtrisé par le sorcier débutant. Emotions multiples du personnage dont on retrouvera les expressions dans des masques .

En CP/CE, les enfants liront « Panique chez les sorcières » sur une musique de JS Bach pour se réjouir à la fin du retour de la musique interdite dans la cité par les méchantes sorcières.

En maternelle, chez les ms/gs, l’œuvre de l »L’acrobate « de Picasso montrera une œuvre qui se « renverse » ; « Le Carnaval des animaux » illustrera un monde transformé ; et les enfants évolueront avec instruments sur la musique d’Asibonamba, du temps d’un pays qui a su un peu se transformer. Avant de réaliser un livre de Caméléons.

Et nos bébés de Ps/ms visiteront aussi « L’apprenti sorcier » mais en dessin animé avant de découvrir les métamorphoses d’insectes avec un petit élevage. Et les marionnettes des personnages en Kodech pour mieux comprendre l’histoire d’Esther, d’Assuérus, de Mardochée et du maudit Aman.

Doura

La première mise en image de l’histoire d’Esther date de l’an 245 et provient de la Synagogue de Doura Europos en Syrie.