Du palais de la découverte à l’EJAP

Une approche pédagogique extraordinaire de la part du créateur d’un échographe surpuissant !

Comme le fait la chauve –souris, les enfants ont découvert que le son mettait du temps à nous parvenir « au bout du tuyau » .La vibration arrive après ! Plus l’obstacle est près, plus le son revient vite. 300mètres/seconde. Bien moins vite que la vitesse de la lumière. On voit avant d’entendre .

Cette vitesse du son va bien plus vite dans l’eau et encore plus vite sur du métal( comme dans Lucky Luke et les rails du train).

Après ces constats, il était temps de manipuler l’engin pour découvrir le fonctionnement de l’échographe : images du bébé ( pas un vrai rassurez-vous !) dans l’eau. Peu à peu les contours se dessinent et l’image surgit.

L’artère sur laquelle se promène l’appareil montre le tracé et même le sang rouge qui circule.

Jusqu’au poisson dans son bocal. Petit nageur qui fuit l’engin mais on « attrape « son image malgré lui.

Pour finir avec le sein malade ( en silicone) où on va découvrir l’image du nodule, parce que plus dur comme matière.

Vibrations, vitesse, image de l’intérieur du corps dans les corps non osseux.

Des enfants pris par l’effet magique avant de réaliser que c’est de la science.

Grâce à l’intervention amicale et attentionnée de M. Jeremy BERCOFF

photo 1-1 photo 1-7 photo 1-6 photo 1-5 photo 1-4 photo 1-3 photo 1-2  photo 2 photo 2-7 photo 2-6 photo 2-5 photo 2-4 photo 2-3 photo 2-2 photo 2-1 photo 1 photo 1-8 photo 4-3 photo 4-2 photo 4-1 photo 3 photo 3-8 photo 3-7 photo 3-6 photo 3-5 photo 3-4 photo 3-3 photo 3-2 photo 4 photo 4-7 photo 4-6 photo 4-5 photo 4-4