Le troisième projet de l’année : Hanoukah

Comment une œuvre du Patrimoine peut-elle mobiliser nos élèves contre l’oppression et la nécessité de résister ?

Dans le cadre du projet fédérateur des Ecoles Primaires de l’Alliance, c’’est la Fable de La Fontaine « Le Loup et l’agneau » qui a servi d’introduction au message de Hanoukah, troisième période de l’année scolaire juive. Replonger en Kodech dans l’histoire pour se saisir du refus fait aux Hébreux de pratiquer la religion qui était la leur et de comprendre l’importance de la résistance des Maccabis. La frise historique de cette période a été travaillée et la révolte de Bar Korba illustrée avec les plus grands. L’épisode de Judith et Holopherne a montré aux enfants comment elle avait réussi à insuffler aux troupes l’énergie nécessaire pour poursuivre le combat. Hanoukah c’est donc la lutte contre l’oppression qui débouche naturellement sur le miracle : gagner le plus fort et pouvoir célébrer religieusement la victoire réalisée avec l’aide du Divin. La petite fiole et sa lumière est reprise avec les plus jeunes tandis que les plus grands connaissent et approfondissent les lois de cette fête. On voit aisément comment la transversalité qui régit les projets de l’Ejap trouve ici toute sa place. De l’histoire à la Fable, de la fable à la littérature en réseau, des récits du temps jadis à des faits actuels abordés en éducation morale et civique. En n’omettant jamais , chaque fois que c’est possible ni les Sciences, ni les arts ou la musique.

Les élèves de cycle 3 ont mis en réseau la Fable avec une œuvre de Dedieu « Yacouba », personnage attachant qui dévoile peu à peu sa force intérieure pour ne pas subir la décision du Clan : tuer le lion. Rôle de la conscience, de l’esprit critique, prétexte passionnant pour déboucher sur le concept de résistance et de pouvoir l’actualiser. Débats, production orale et écrite, tout un semble de pistes qui déclinent les programmes au cœur du projet. En cycle 2, l’accent a été mis sur les valeurs ou contre valeurs dégagées de la Fable mais aussi sur les aspects de la lumière. Dans la fête, symbole de miracle, dans la fiole symbole spirituel mais aussi physique. Travail sur Ombres et lumières sans oublier ceux qui nous côtoient et en sont privés. C’est ainsi que l’album « Emeline « sait rendre les jeunes enfants sensibles au handicap. Emeline pour qui le vol d’un papillon est un frisson. Emeline qui sent tout même si elle est aveugle Ne pas figer les élèves dans des stéréotypes du loup a été rendu possible avec la mise en réseau de « Trois petits loups et du grand méchant cochon ». Ici aussi place au récit illustré, à la BD et à l’écriture des « bulles « essentielles. Sans oublier les liens avec les sciences et les astres : jour et nuit, ombres et lumières. Finir alors cette période avec un spectacle de magie qui a émerveillé grands et petits.

Encre et symétrie pour nos artistes du cycle 3 .

En maternelle, tout a tourné autour des symboles concrets : la hanoukia, son allumage, la durée de la fête… sans oublier les dégustations de beignets. Les plus jeunes ont fabriqué des hanoukiot qui ont permis de dénombrer les bougies, d’aborder la notion d’ordre et de rang et d’éprouver en arts plastiques de nouvelles techniques. Le loup et l’agneau est abordé comme souvent dans les Fables par des vidéos dans lesquelles l’image et la mise en scène aident à la compréhension du contexte et à la saisie des personnages.

Chez les plus grands de ms gs, le loup a été rencontré dans un album du patrimoine, Le petit chaperon rouge, mis également en réseau avec Le petit chapeau rond rouge ! N’oublions pas l’importance de cette classe dans la construction du Lire/Ecrire et de la découverte de nombreux sons et de leur traduction en écriture. Les arts plastiques ne sauraient oublier les réalisations entreprises à la manière de Van Gogh et sa Nuit étoilée : technique de la peinture soufflée et étirée . Compréhension de notions de bases autour de la lumière : reflet, ombre, obscurité… et tout l’accompagnement des émotions liés à l ‘absence de lumière. Toupies ! tournez ! tournez ! Pour nous rappeler cet épisode douloureux après la DESTRUCTION DU TEMPLE !
Enfants, n’oubliez pas l’importance de la transmission et de l’étude toujours au service de notre identité.