2ème projet : Mois de la Tzedaka 2014-2015

Période qui suit les fêtes de Tichri. Période qui permet d’installer chez les enfants cette compréhension des autres qui ne sont pas tout à fait pareils. Pour les plus jeunes, être pauvre c’est comme ceux qui mendient dans les rues.

Leur expliquer qu’être en difficulté, c’est manquer d’argent, mais aussi et en corollaire ne pas manger à sa faim, ne pas porter des marques ou même pouvoir bien se couvrir ou se chauffer, c’est ne pas partir en voyage , ne pas de temps en temps voir son petit caprice exaucé.

Etre différent, c’est aussi être handicapé, que cela se voie ou pas.

C’est notre volonté à l’EJAP de les aider à progresser dans ce concept de Tzedaka-Justice .

Et comprendre que l’argent mis dans la petite boite peut être accompagné d’une main tendue, du don de certains de ses jouets…pour que l’autre ait un peu de bonheur. La tzedaka n’a pas d’âge ! Et mes gestes ne doivent pas s’afficher.

Ainsi la Grande Braderie de l’école va pouvoir fonctionner tant les dons de toutes sortes ont été nombreux. Date à retenir : le 2.12.2014

Comme toujours, autant en enseignement général qu’en enseignement juif, les situations, les supports se croisent pour permettre de construire ce concept si délicat.

Les enseignements sur les différents façons de donner la tzedaka ont été travaillées avec les cours moyens et élémentaires au travers des Maximes des Pères.

Avec les plus jeunes, L’arbre à mitsvot renforce les actions liées à cette démarche altruiste.
Au CYCLE 3, le don de soi a été illustré par « La Belle et la bête » en relation avec la structure des contes, alors que « Autobus 33 » leur ont montré la nécessité de lutter contre l’indifférence et pour une plus grande justice.

Magritte et son »heureux donateur » incite les élèves à créer une fenêtre ouverte sur leur monde intérieur, dans le souci d’y aller quérir des valeurs positives.

L’hymne national lui aussi développe la notion de solidarité et de nation.

En Cours élémentaire 1 et 2, le merveilleux conte des »Chaudoudoux » leur a appris qu’on devait donner sans compter…. Des bisous ou ce qui est indispensable à l’autre. Autre ouvrage travaillé : « L’étoile jaune » une légende ? Peut-être mais elle est très vivace au Danemark sur ce roi qui lui aussi serait sorti avec l’étoile jaune, suivi aussitôt par tout son peuple.

En arts plastiques, Matisse conduira les élèves à jouer avec des collages pour imaginer le paysage dont je rêve et que je souhaiterai partager avec une personne, un enfant en souffrance.

Les enfants du Cours préparatoire

Maquette de l’astre bienfaisant pour les terriens toujours en relation avec le projet de ce mois.

Même en maternelle, il faut leur apprendre à partager, à savoir qu’on a besoin parfois de l’autre comme lui pourra être un jour à son tour prêt à m’aider. Quels ouvrages alors leur offrir d’explorer ?

En Petite et moyenne Sections, « Une chambre rien que pour moi » leur montre que partager sa chambre avec sa sœur peut être source de plein de bonheurs.

Les bébés ont quant à eux suivi les aventures de « Crocoton », mot-valise constitué du crocodile et du mouton. Aventures qui font éviter au mouton de se transformer en délicieuses côtelettes en perspective pour les parents croco, parce qu’il les aura sauvé du froid .Mais plus tard c’est le crocodile qui portera sur son dos le mouton égaré. Juste retour des bons sentiments et des bons gestes pour arriver à parler de l’aide à autrui.

Clip0002